A.F.C.F
 
 
Présentation:



ASSOCIATION DES FEMMES CHEFS DE FAMILLE
 
(AFCF)
 
   
L'Association des Femmes Chefs de Famille (AFCF) est une organisation de défense des droits humains créée en 1999 à travers le récépissé N° 0626/MIPT du 17 Août 1999 .L'AFCF est animée par une équipe pluridisciplinaire composée de sociologues, de nutritionnistes et de spécialistes en économie de développement et de communication

ACTUALITES

 
Lutte contre l’esclavage : « promulguer la loi ne suffit pas pour lutter contre cette pratique »    Le: 10.6.2008  à: 16:34    (ANI)


 Dans un conférence de presse organisée ce matin au siége de l’AFCF, plusieurs critiques ont été émises par le représentant de SOS esclaves et la présidente de l’organisation des femmes chefs de familles, à l’endroit des autorités administratives qu’il ont accusées de rester en retrait, par rapport à la lutte contre l’esclavage.


Lire la suite dans la rubrique Actualités


وكيل الجمهورية بكيفة يأمر بسجن ولد آلويمنات. طباعة ارسال لصديق
01/06/2008 - 16:55

مثل اليوم محمد ولد آلويمنات  أمام قاضي التحقيق في محكمة كيفة باه علي الذي كان قد استصدر في حقه أمرا بالقبض، نفذته عناصر الدرك التي استجلبته من نواكشوط إلى كيفه.
وحسب محامي ولد آلويمنات أحمد بزيد ولد المامي  فـ"إن قاضي التحقيق قد سرّح موكله فورَ مثوله أمامه لعدم ثبوت تهمة اختطاف مريم بنت الجيل عليه، إلا أن وكيل الجمهورية مولاي ولد مولاي اعل أصر على إيداعه السجن، وهو ما رفض قاضي التحقيق امتثاله إلا ان يكون على مسؤولية النيابة".

www.taqadoumy.com/index.php

Lire la Suite dans la Rubrique Actualités

Ould Alweimnatt est en prison, à Kiffa, sans mandat de dépôt

Mme Aminettou Mint Elmoctar, présidente de l’AFCF, a au cours d’une conférence de presse organisée cet apré-midi au siége de l’associaition des femmes chefs de familles pris la parole pour dire au sujet de Ould Alweimnatt que : « Il est inconcevable que dans un pays, comme le nôtre, deux personnes qui se sont unies par leur propre volonté et conformément à loi, soient séparées pour des raisons, purement, ségrégationnistes liées à des différences de caste ou de rang social ».
Lire la Suite dans la Rubrique Activités



Mohamed Ould Alweynat/Mrayame Mint Jily : La Justice a-t-elle reculé...


devant les féodalités ?

Mrayame Mint El Jily, 26 ans et Mohamed Ould Alweynat, 23 ans habitent Hseydhine. Une localité située à 55 kilomètres de Kiffa. Ils s’aiment et décident de se marier. Le père de Mrayame s’oppose au mariage pour « incompatibilité de classe sociale » entre les deux «amants». Mohamed serait d’un rang inférieur.

La flamme étant plus forte que les carcans, les amoureux se présentent devant le cadi (juge) à Kiffa. Une décision du président du tribunal de cette ville marie légalement Mrayame et Mohamed. Quelques mois plus tard, selon leur avocat, le tribunal de Guerrou, « sous la pression », annule le mariage.

Le couple est venu chercher de l’aide auprès des défenseurs des droits de l’Homme à Nouakchott. Nous avons rencontré Mint Jily et Ould Alweynat, mercredi 28 mai, au siège de l’AFCF.

Après la conclusion du contrat de mariage au tribunal de Kiffa, le père de la mariée porte plainte. Le juge d’instruction saisie de l’affaire rend une ordonnance de non lieu en faveur de Mohamed Ould Alweynat le 23 janvier 2008.

Lire la Suite de l'article dans la Rubrique Actualités



Affaire du couple séparé : les deux « époux » mis en garde à vue à la brigade mixte de gendarmerie


Mohamed ould Alweimnatt et Mariem Mint Eljily ont été mis, depuis 13Heures, en garde à vue par le procureur de la République au niveau de la brigade mixte, qui les a recueillis, ce matin, au siège de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH). Lire la Suite dans la rubrique Activités






Droits humains : Un couple séparé pour des raisons liées aux castes
Dans une conférence de presse organisée, hier, aux environs de 22Heures, au siège de l’AFCF, cette organisation a présenté devant la presse, un couple séparé, "de force", pour des raisons lié à la ségrégation des castes.
Mohamed Ould Alweimnatt et Mariem Mint Eljili(notre photo) se sont mariés depuis le 17/03/08, conformément à la loi. Leur lien est officialisé par un acte, dûment établi, par le cadi de la Moughataâ de Kiffa qui avait convoqué, en vain, le tuteur de Mariem à plusieurs reprises.

L'image “http://www.ani.mr/imagesprg/art7140.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Lire la Suite Dans la Rubrique Activités

Avis Importants : aux Organisations de la société civile Mauritanienne
Un Internet solidaire se construit ensemble !

En perspective de la mise en place de la plate forme de la société civile et en vue de contribuer tant soit peu à la remise a niveau des ongs concernés par cet important événement.

Sur initiative et assistance technique de l’association pour la sauvegarde d’Abbere et en coopération avec l’association des femmes chefs de familles. Lire la Suite dans la Rubrique Actualités


القضاء الموريتاني والوقوف في وجه القوانين المتعلقة بحقوق النساء

  كتبت يومية الأمل الجديد في عددها 386 الصادر بتاريخ الخميس 15 مايو 2008 بأن الوزارة المكلفة بالترقية النسوية نظمت ورشة مناصرة وتحسيس حول "المعاهدة الدولية للقضاء على كل أشكال التمييز ضد النساء" التي وقعت عليها موريتانيا في العام 2000 وسجلت عليها تحفظا شاملا في كل ما له صلة بالقوانين المتعلقة بالشريعة الإسلامية بالعام 2001. وحسب نفس المصدر فإن القاضي محمد ولد سيدي مالك أكد أن الاتفاقية تنطوي في المادة 16 الفقرة "ج" مخالفة صريحة حينما "تجعل الطلاق بيد المرأة"، ويبدو أن  النقاش تواصل حتى وصل إلى استنتاج من
Lire la suite dans la rubrique actualités


Observations et recommandations de l’A.F.C.F au sujet du C.E.D.A.W

La Convention sur 1’é1imination de toutes les formes de discrimination à 1’égard des femmes a été adoptée le 18 décembre 1979 par l’Assemblée générale des Nations Unies. Elle est entrée en vigueur en tant que traité international le 3 septembre 1981 après avoir été ratifiée par 20 pays. Dix ans après son adoption, en 1989, c’est presque une centaine de pays qui se sont engagés à respecter ses clauses dont la Mauritanie qui l’a ratifié en 2000. Le point de vue de l’Association des Femmes Chefs de Familles à propos de la convention à été largement développé en marge de plusieurs rencontres ayant trait au sujet en question par sa Présidente Aminetou Mint El Moctar et son staff. En somme les points de convergence de cette convention et ceux de l’Association des femmes chefs de famille sont nombreux et multiformes.Lire la suite dans la rubrique Activités








Dans une conférence de presse organisée par l’Association des Femmes Chefs de Familles (AFCF), des ouvriers, dockers, menuisier, chômeurs délégués des habitants de la Mendès» se sont exprimés sur ce qu’ils ont appelé une «injustice flagrante» entretenue par la Moughataâ d’Elmina à leur encontre au cours du dernier recensement des squatters sur la base duquel on t été effectués les lotissements
La situation des habitants du secteur 15de la kebba Mendes a été décrite par les intervenants, tour à tour, soulignant unanimement que le hakem d’Elmina n’a pas été à l’écoute de leurs doléances au moment où ils étaient venus chez lui , hier soir pour lui soumettre leurs problèmes. Ce qui les a amenés, aujourd’hui, à organiser une marche de protestation qui devrait s’arrêter à la wilaya avec des banderoles faisant ressortir une demande urgente de justice. Prenant la parole à cette occasion, mme Aminettou Mint Elmoctar a souligné : « Le fait que des citoyens d’un pays, comme le nôtre vivent dans des taudis est déjà une mauvaise image, qu’ils soient victimes d’injustice dans cette poubelle c’est encore pire ».
La présidente de l’AFCF poursuivra que son organisation dont l’action s’inscrit dans la lutte pour les droits humains « condamne vivement cette injustice et demande à ce que justice soit faite dans le cas de ces citoyens fragilisés par la pauvreté ».
Par ailleurs poursuivra Mint Elmoctar « Nous voulons à ce que l’administration soit au service du citoyen au lieu de le spolier de ses droits. Aussi, nous demandons à ce que le hakem soit interpellé sur cette question, si non sanctionné, car ce genre de problèmes, une fois négligé, pourrait conduire à des complications incalculables ».




MESSAGE D’AMITIE ET DE SOLIDARITE

ASSOCIATION DES FEMMES CHEF DE FAMILLES (A F C F) NOUAKCHOTT (MAURITANIE)

Nous venons d’apprendre avec tristesse et surprise l’arrestation de notre Ami Monsieur André BARTHELEMY, Président d’Agir Ensemble pour les Droits de l’Homme.

Cette arrestation aurait été opérée par la police française, alors que André Barthélemy protestait contre les pratiques unhimaines dont sont victimes les Africains en France (cas de Me Fatimata M’Baye de la Mauritanie) et dans le cas présent, des citoyens Congolais. Lire la suite dans la Rubrique Activité



Une fillette de 08(huit) ans violée et mariée de force
السبت 21/3/1429 هـ - الموافق29/3/2008 م
 

L’AFCF a organisé, ce matin, dans ses locaux sis à Tevragh Zeina une conférence de presse consacrée à la dénonciation du cas, Oum Elkheir Mint Tidjani (photo), une petite mauritanienne de huit ans violée à six ans et soumise au mariage forcé par la famille de sa tante paternelle avec laquelle elle habitait en Arabie Saoudite.

Lire la Suite dans la Rubrique Actuaités


Lancement des journées de sensibilisation sur le VIH sida et le code du statut personnel    Le: 25.3.2008  à: 13:07   
 









L"A FC F en collaboration avec OXFAM GB, une caravane de sensibilisation et de vulgarisation du Code du Statut Personnel,l’implication genre et la lutte contre le VIH sida dans toutes les Moughataâ de Nouakchott.

Lire la Suite dans la Rubrique Activités





Journées de sensibilisations et de vulgarisations du code du statut personnel, de l’implication genre et du VIH/SIDA
الثلاثاء 17/3/1429 هـ - الموافق25/3/2008 م
 

Un atelier c’est ouvert aujourd’hui à l’ancienne maison des jeunes organisé par l’Association des Femmes Chefs de Familles si bien que des hommes chefs de familles y ont assisté aussi et en nombre important.

Dans son Mot d’ouverture en présence des officiels du gouvernement ,de la mairie de tevragh zeina et du représentant de l’ONG OXFAM GB en Mauritanie Madame Aminetou mint el moctar devait dire en substance que cet événement s’inscrit dans le cadre des efforts de son association visant à sensibiliser le grand public sur les défis majeurs de la société mauritanienne en particulier ceux relatifs au code du statut personnel, l’implication genre et le VIH/SIDA.

Sur ces sujets brulants et de grande actualité de nos jours Madame la Présidente de l’Association des Femmes Chefs de Familles a mis l’accent sur la méconnaissance pure et simple des Mauritaniens de leur code du statut personnel le déficit de communication, de sensibilisation et de conscientisation des citoyens par rapport à ce problème qui touche le cœur de leur vie quotidienne, pour lequel ce code à été instruit et mise en œuvre afin de trouver des solutions durables et appropriées qui puissent contribuées à rattraper les retards sociaux de notre pays dans ses domaines vitaux pour l’amorce d’une réelle dynamique sociale économique politique et culturelle.

Lire la Suite dans la Rubrique Activités



La présidente de L’Association des Femmes Chefs de Familles lance un appel pour un avenir sans esclavage en Mauritanie


L’ordonnance d’abolition du 9 novembre 1981 qui est restée jusqu’ici lettre morte. Pour lutter efficacement contre la persistance des pratiques esclavagiste à été 27 ans après complétée par la loi incriminant les pratiques esclavagistes en Mauritanie votée dernièrement par le parlement de notre pays sous le régime actuel Cette année une campagne officielle pour la sensibilisation sur le but de cette nouvelle mesure législative qui à coïncidé avec la journée mondiale des droits de l’homme qui marque l’anniversaire de la proclamation de la Déclaration des droits de l’homme, le 10 décembre 1948. « Sous le thème : ’’Ensemble pour éradiquer les pratiques esclavagistes’’. » Ses efforts de formes sans grands incidents sur le terrain nous paraissent au sein de l’ association des femmes chefs familles De la poudre aux yeux ni plus ni moins,
Lire La Suite Dans La Rubrique  Activités


Pour quand la reconnaissance et la
sanction des cas d’esclavagistes ?



Le mardi 18 Mars 2008 à 15h20 mn, une mission de la commission nationale des droits de l’homme de Mauritanie réussit à sortir la jeune femme Haby Mint Rabbah et ses deux enfants Yessar (7 ans) et Maouloud (2 ans) de l’enfer de l’esclavage dont sont coupables leurs maitres, Aminétou Mint Mokhtar et son frère Abdallahi.
Lire La Suite Dans La Rubrique Activité





Des organisations humnitaires s’indignent de plusieurs cas d’injustice occultés par les pouvoirs publics Le : 15.3.2008 à : 17:03


Le siège de l’AFCF (Association femmes et chefs de famille) a abrité ce samedi une conférence de presse qui a consacré la solidarité des organisation de luttes pour les droits humains (SOS Esclaves, AFCF et Conscience et Résistance) avec les « sinistrés de Edemb El Atchane », en plus d’autres cas vécus par des personnes vulnérables à Guérou(Assaba)et Tokomadi(Gorgol). Suite à lire dans la rubrique Activités





 

 

Alors que les projecteurs de l’actualité s’éteignent sur ce que l’on appelle communément « la journée internationale de la femme » et sur les derniers discours officiels, dont 2008 aura été l’exemple, il nous a semblé utile de faire un rappel historique de la Journée du 8 Mars, afin que sa signification, essentiellement militante, ne soit pas oubliée. Lire la suite dans la rubrique activités



L’AFCF appelle à la levée de la réserve sur la convention des discriminations contre les femmes. Le : 9.3.2008 à : 19:52



 
الاحـد 23 صفـر 1429 هـ 2 مارس 2008 العدد 

Dans un conférence de presse organisée par l’association des femmes chefs de familles(AFCF),ce matin à son siége, conjointement avec SOS Esclaves et l’observatoire mauritanien des droits de l’homme(OMDH),les représentants de ces organisations ont unanimement demandé l’amélioration des conditions de vie dans les prisons mauritaniennes qu’ils ont jugé « inhumaines et peu respectueuses des normes en vigueur ».
Prenant la parole à cette occasion, Aminettou Mint Elmoctar, présidente de l’AFCF a d’abord brossé un tableau de la situation des prisons en Mauritanie. Elle dira : « les conditions dans lesquelles vivent (...)
Suite a lire dans la rubrique Activités


Activités



   C’est une illusion de croire que les pratiques esclavagistes ont disparu en République Islamique de Mauritanie. On en veut pour preuve cette femme esclave du nom de Toha Mint Ahmédou qui a été abusée et engrossée par son maître Mohamed Ould Ahmed Baba qui a refusé de reconnaître l’enfant âgé d’un an. Aminétou Mint Ely qui dirige l’Association des Femmes Chefs de Famille a bien voulu nous éclaircir davantage sur ce cas de pratiques esclavagistes sexuelles.



منظمات حقوقية تستعرض حالات من انتهاك حقوق الإنسانالتاريخ :

23.02.2008 التوقيت:19:09 غرينتش 
 
السبـت 15 صفـر 1429 هـ 23 فبراير
2008
 




Pourquoi autant de criminalité contre les femmes ?
 








La recrudescence de la violence contre les femmes en Mauritanie a atteint ces jours ci des proportions exceptionnellement inquiétantes.

Le 26 février 2007 a New york date de l’ouverture de la 51 énième session des Nations Unies sur le Statut de la Femme sous le thème ’’ élimination des violences a l’égard des femmes et petites filles’’Lire la suite



29 janvier 2008 : Nation : « La loi contre l’esclavage est loin d’être appliquée »

L‘AFCF a organisé, au niveau de son sège ce samedi en collaboration avec SOS Esclaves une conférence de presse consacré à plusieurs cas de litige (lés à la propriété de terre. Ces litiges qui sont, pour la plupart, alimenté par certaines volonté esclavagistes. demeurent entretenus par le manque de volonté de la part des agents de fadministration pour aller dans le sens du respect de la loi incriminant l’esclavage.

La plupart de ceux qui sont venus expr,mer l’injustice subie appartiennent à des classes vulnérables de la société, notamment des femmes, des enfant et des esclaves. Des cas poignants d’esclavage et d’injustice flagrante sont déballés devant la presse que les organisations et les personnes oppressées veulent tenir comme témoin.







Déclaration




Nous constatons un développement de plus en plus grand et multiformes de la criminalité à Nouakchott et dans les principaux centres urbains de la Mauritanie.
 
Bien que le phénomène de la criminalité, en tant que tel, ne soit, malheureusement pas nouveau dans notre pays, ses nouvelles formes, la nature de ses victimes et la vitesse à laquelle la criminalité s’est développée ces derniers temps, ont de quoi inquiéter les femmes militantes des droits de l’homme qui composent notre Association.
 

Aminetou mint el moctar cette Mère de famille énergique et
volontaire depuis son enfance a réussie brillamment sa vie associative qu’elle a librement choisie.


Dans tous les coins de la Mauritanie ou presque, elle a animé à travers l’association des femmes chefs de familles qu’elle dirige avec succès des débats sur les droits humains, dans les pires moments de la dictature ou les risques étaient des plus élevés, ouvert des centres d’encadrement et d’assistance au profit des populations déshéritées .
 

Partout cette femme ambitieuse et courageuse quant aux objectifs humanitaires qu’elle s’est assignées est tout aussi présente que convaincante.

 

Nous avons jugé utile de prendre ses traces sur la toile sans êtres exhaustifs nous vous présentons ici, quelques liens sélectionnés au hasard, mais qui prouvent si besoin est, les rôles multiples que joue cette militante acharnée, dans la croissance de la société civile Mauritanienne, celui de l’émancipation de la femme et, le changement des mentalités.

 

Des facteurs qui limitent depuis l’indépendance le développement politique, économique, et social de la Mauritanie

 

Bonne lecture !!

Plan d’Action 2006-2009

 

DECLARATION : Développement inquiétant de la criminalité

 

D E C L A R A T I O N

 

Lauréate du Prix du Comité Français des droits de l’Homme

 

Aminetou Mint El Moctar : L’amour des autres et le goût de la contestation…

 

Avaler des médicaments pour animaux

 

Sur le gavage

 

Femmes et transition

 

Mais surtout j’ai découvert Aminetou Mint El Moctar une dame considérable

 

Association des Femmes Chefs de Famille

 

Mme Aminetout mint El Moctar, présidente de l’Association des Femmes Chefs de mille

 

Oxfam GB –Mauritanie : Validation de la stratégie 2008-2013 Transparence : L’AFCF sensibilise les

 

journalistes


L’Association des Femmes Chefs de Famille (AFCF),

 

a organisé le 09 mai à Nouakchott une journée de sensibilisation et d’information des journalistes sur la campagne internationale Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) et l’initiative de la transparence dans industries extractives (ITIE). Au cours de cette journée riche en débats sur la transparence et la bonne gouvernance Aminetou Mint El Moctar présidente de l’AFCF, une ONG nationale de référence en matière de défense des droits humains a présenté un exposé sur son association. Cette association compte plus de six mille membres répartis dans les différentes willayas de la Mauritanie.

 
  Aujourd'hui sont déjà 1 visiteurs (1 hits) Ici!  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=